http://lenseignementdubouddha.lepodcast.fr/

Bonjour à Tous,

J'ai pris l'habitude de publier un épisode par semaine, le dimanche, mais je suis bien malade aujourd'hui, donc pas moyen d'enregistrer, désolée.

Je vous donne donc rendez-vous à Dimanche prochain, où j'espère pouvoir vous enregistrer deux épisodes pour le prix d'un, mais en attendant, voilà le texte qui sera enregistré la prochaine fois, que vous pouvez retrouver dans les fichiers texte de livre, que j'ai posté ici, de façon partielle, plus de la moitié du texte, au format 'epub', pur 'liseuse' :

https://archive.org/details/LEnseignementDuBouddhaDaprsLesTextesLesPlusAnciensWalpolaRahula_201807

Et ici, texte entier, au format pdf mais scanné :

https://archive.org/details/LEnseignementDuBouddhaDaprsLesTextesLesPlusAnciensWalpolaRahula

L'extrait que je devais vous lire est celui-ci :

"Un groupe de brahmanes savants et réputés vint une fois trouver le Bouddha et ils eurent une longue discussion avec lui. L'un deux, un jeune brahmane de seize ans, nommé Kapathika, considéré par tous pour son esprit exceptionnellement brillant, posa cette question au Bouddha : “Vénérable Gotama, il y a les anciens textes sacrés des brahmanes transmis de génération en génération par une tradition orale ininterrompue. En ce qui les concerne, les brahmanes en sont venus à la conclusion que ceci seulement est la Vérité et toute autre chose est fausse. Maintenant, qu'en dit le Vénérable Gotama ?”
Le Bouddha demanda : “Parmi les brahmanes, y a-t-il un seul brahmane qui prétende que, personnellement, il sait et voit que ceci est la Vérité et toute autre chose est fausse ?”
Le jeune fut franc et dit : “Non”.
— Alors y a-t-il un seul instructeur ou un seul instructeur d'instructeur de brahmanes, en remontant à la septième génération, ou même un seul de ces auteurs originaux de ces textes qui prétende qu'il sait et qu'il voit : “ceci est la Vérité et toute autre chose est fausse ?”
— Non
— Alors, c'est comme une file d'hommes aveugles, chacun se cramponnant au précédent ; le premier ne voit pas, celui du milieu ne voit pas et le dernier ne voit pas non plus. Ainsi il semble que l'état de brahmane soit comme celui de cette file d'hommes aveugles.”
La Bouddha donna alors au groupe de brahmanes un avis d'une importance extrême : “Il n'est pas convenable pour un homme qui soutient (littéralement protège) la Vérité, d'en venir à la conclusion : ceci est la Vérité et toute autre chose est fausse”.
Comme le jeune brahmane lui demandait d'expliquer cette idée de soutenir (de protéger) la Vérité, le Bouddha dit : “Un homme a une foi. S'il dit que ceci est ma foi, jusque-là il soutient la Vérité. Mais par cela il ne peut pas s'avancer jusqu'à la conclusion absolue : ceci seulement est la Vérité et toute autre chose est fausse”. Autrement dit, un homme peut croire ce qu'il veut, et il peut dire “je crois ceci”. Jusque-là il soutient la Vérité. Mais parce que c'est sa croyance ou sa foi, il ne devrait pas dire que ce qu'il croit est seul la vérité et que toute autre chose est fausse."

Merci de votre présence, lecture et écoute.

Pour toutes informations ou questions, vous pouvez m'écrire à : aurelief.lepodcast@gmail.com